Rechercher

Bienvenue chez la psy - lettre n°1 - Novembre 2021

Bienvenue sur votre newsletter, un rendez-vous mensuel où je vous propose d’aborder différents thèmes qui pourront vous aider au quotidien. Vous retrouverez des notions théoriques que je me ferai un plaisir de vous rendre plus digeste, des sujets très souvent abordés dans mon cabinet, des exercices simples à mettre en place au quotidien, des pistes de lecture... Bien entendu, toutes vos suggestions, toutes vos idées sont les bienvenues...


Pour cette première édition, il me tenait à cœur de me présenter, de vous raconter qui je suis et ce qui a fait que je suis devenue psychologue clinicienne. Je vous proposerai également des lectures inspirantes, celles qui ont marqué mes premiers pas en psychologie.


Je suis née le 30 juillet 1985 à Paris, dans une famille aux origines diverses. Ma mère a vécu toute son enfance à Casablanca au Maroc avant de traverser la Méditerranée. Mon père, parisien, fils de deux survivants de la Shoah, arrivés en France après-guerre.


Après une petite enfance sereine, arrive l’entrée en école primaire qui marque sans nul doute le début de ma vocation. J’ai été ce qu’on appelle « une mauvaise élève », « un cancre », j’ai été abonnée à la place de dernière de la classe trop longtemps. J’ai pu bénéficier de cours de soutien, de suivi en orthophonie, en psychomotricité et un suivi chez un psychologue dès 6 ans, ce qui était pour l’époque assez inédit. C’est alors que j’ai compris que l’école pouvait faire souffrir, créer des traumas, que les mauvaises notes étaient lourdes à porter, un vrai fardeau à cause duquel on se retrouve facilement la cible d’humiliations, de moqueries, qui font perdre confiance en soi mais aussi confiance en l’autre.


Paradoxalement, tout doucement, naissait en moi, l’envie de prendre soin des autres, l’envie de changer les choses et d’offrir un peu de bienveillance et de chaleur dans ce monde souvent trop brut.


La psychologue que j’allais voir à l’époque m’a beaucoup inspiré et a participé à la naissance de ce projet.


Le système scolaire classique n’était pas fait pour moi, je n’y ai jamais trouvé ma place alors j’ai intégré l’école St John Perse à Paris. Une école différente, qui n’impose pas un moule dans lequel il faut rentrer mais plusieurs moules possibles et laisse même l’imagination créer son propre moule. Grâce à cette école, hors circuit, j’ai pu obtenir mon bac littéraire option cinéma audiovisuel.


Ensuite, j’ai intégré l’Université Paris V René Descartes au sein de laquelle j’ai passé les 5 années les plus enrichissantes de mon existence. Je n’étais jamais rassasiée de cours magistraux, d’études de cas cliniques, de pratique en stage.


J’ai obtenu mon Master 2 en psychologie clinique et psychopathologie en 2010 que j’ai complété au fur et à mesure par un diplôme universitaire en psychologie périnatale, une formation en remédiation cognitive Feuerstein et une formation Mindfulness (méditation de pleine conscience). En 2022, je rajouterai une corde à mon arc en suivant une certification en EMDR.


Ma pratique au quotidien est faite non seulement de mes connaissances théoriques, de mes formations mais aussi et surtout de ce que je suis. J’adhère à la pratique de Mélanie Klein qui « va chercher en s’impliquant émotionnellement à défaire les nœuds de ses patients. »

C’est la raison pour laquelle, j’interviens au cours des séances avec mes patients et veille à ce que vous repartiez avec une charge émotionnelle allégée.


Le goût des autres est ma principale motivation.


Des lectures pour aller plus loin...

« De la pédiatrie à la psychanalyse » Donald Winicott

Donald Winicott (1896-1971) pédiatre et psychanalyste. « De la pédiatrie à la psychanalyse » représente son ouvrage de base qui s’intéresse aux possibilités thérapeutiques qui s’offrent aux pédiatres, psychologues, travailleurs sociaux, instituteurs et à tous les professionnels ou non, curieux de cet éclairage nouveau.


« Totem et tabou » Sigmund Freud (1856-1939)

Œuvre classique qui introduit la légendaire méthode de la psychanalyse.


« Les vilains petits canards » Boris Cyrulnik

Boris Cyrulnik fait le constat un grand nombre d’enfants traumatisés résistent aux épreuves et parfois même les utilisent. Où puisent ils leurs ressources ? Cette nouvelle attitude face aux épreuves de l’existence nous invite à considérer le traumatisme comme un défi.


Le mois prochain :

Dans la deuxième édition, nous aborderons un sujet de plus en plus présent, la souffrance au travail, le burn out. En quoi cela consiste ? Comment le repérer ? Comment réagir face aux symptômes ? Comment gérer l’après ?


N’hésitez pas à me faire un retour sur cette première édition, dites-moi ce qui vous a plu, moins plu et bien sûr, si vous êtes venu ou venez me consulter, donnez votre avis sur Google si vous le souhaitez en préservant votre anonymat (initiales).

7 vues0 commentaire